Je m’appelle Samlor et j’ai 18 ans. Mon père est alcoolique mais, heureusement pour toute la famille, il a arrêté de boire lorsque j’avais 1 ½ ans. Je ne l’ai ainsi jamais vu consommer de l’alcool. Depuis très jeune – j’avais à peu près 12 ans les premières fois – j’ai été encouragée à fréquenter les groupes Alateen et je continue toujours et encore aujourd’hui.

Il y a quelques temps, j’ai encore pu expérimenter les bienfaits de ma persévérance à assister régulièrement aux rencontres Alateen.

Le travail de mon père le poussait souvent à bout et quand il arrivait à la maison, il était fatigué et par conséquent très susceptible. Comme je suis très vivante et plutôt bruyante, il se met facilement en colère contre moi. De plus, il n’arrive que difficilement à communiquer avec les membres de sa famille, moi y compris! Vous imaginez le tableau!

L’ambiance à la maison s’était de plus en plus dégradée; je n’avais presque plus envie de rentrer chez moi. Et bien sûr, un jour, ça a éclaté et ça a été très dur. Qu’est-ce que j’étais heureuse d’avoir les Alateen pour pouvoir parler des problèmes qu’il y avait à la maison et me sentir comprise!

Grâce à leurs conseils, j’ai écrit une lettre à mon père en parlant de mes sentiments (à moi) et puis j’ai aussi pris l’initiative de lui parler. Sur le moment, j’ai cru que mes démarches n’avaient servi à rien et que je m’étais adressée à un mur. Mais en fait, dès le lendemain matin de ma conversation avec lui, cela a déjà été un peu mieux: il m’a dit bonjour en me voyant! Ce n’est rien de très important en apparence mais pour moi, cela représentait beaucoup. Il ne le faisait jamais auparavant et cela me faisait beaucoup de peine; j’avais l’impression d’être transparente. Et petit à petit, la situation s’est arrangée.

Maintenant, ce n’est toujours pas évident avec lui, mais cela va déjà beaucoup mieux et j’essaie encore de m’améliorer. Je vais toujours aux réunions qui me font beaucoup de bien, car je peux m’occuper correctement de moi et par la même occasion, essayer de mieux comprendre mon père. Et lui, de son côté, assiste également à des réunions en se rendant aux Alcooliques Anonymes, ce qui lui procure également beaucoup de bien. En effet, même s’il ne boit plus depuis des années, son manque de communication ou encore ses sautes d’humeur, pour donner des exemples, sont toujours là. Les réunions nous aident ainsi tous les deux, même après 16 ans d’abstinence et on arrive à trouver un petit équilibre.

Ainsi, maintenant, tout n’est pas parfait mais en faisait chacun un effort, la vie à la maison s’améliore.