Al-Anon, un programme pour moi


lesetapes1«Quand j’ai commencé à venir aux réunions Al-Anon, j’ai été très surprise d’entendre les autres participants parler d’un «programme de rétablissement». Les deux mots m’ont étonnée: il y avait donc un programme et on pouvait se rétablir!

lesetapes2C’est ce «programme» qui a fait la différence pour moi avec d’autres thérapies: il s’agissait d’une façon concrète de changer mon comportement pour cesser d’être une victime et trouver la liberté d’être moi-même.

En écoutant les autres s’exprimer aux réunions, j’ai tout d’abord compris comment je fonctionnais – car je vivais dans un déni de la réalité, qui me rendait complètement confuse.

lesetapes3J’ai également compris les mécanismes de l’alcoolisme. Je savais déjà que l’alcoolisme était une maladie mais là, dans les réunions, je l’ai réalisé avec mes tripes.

lesetapes4Puis, toujours en écoutant les autres, je me suis rendu compte de ce que je pouvais changer pour améliorer mes relations avec les autres et avec moi-même. Je n’ai pas tout de suite été capable de le mettre en pratique car je me sentais terriblement coupable de ne pas faire ce que j’avais toujours fait jusque-là.

lesetapes5C’est là que le soutien des autres participants a été fondamental. Je pouvais les appeler au téléphone quand j’allais mal, quand je voulais changer mon comportement, quand mon conjoint faisait n’importe quoi. Cette chaîne de solidarité et d’amitié qui me reliait concrètement aux autres participants entre les réunions m’a donné le courage de changer.

lesetapes6Lors de ces réunions, j’ai reçu une «boîte à outils» qui m’a permis de changer ma vie d’une façon complètement inespérée. Et, avec l’aide des autres participants, j’ai appris à me servir des outils qu’elle contenait.»

Géraldine