lesetapes«C’est l’outil le plus précieux proposé par le «programme», sa colonne vertébrale en quelque sorte. Ces étapes, au nombre de 12, me guident dans mon changement de mode de pensée et d’attitude.

Les trois premières étapes me proposent d’accepter que je ne peux rien faire contre l’alcoolisme de ma femme et que, si je veux vivre une vie décente et sereine, il me faut cesser de lutter. J’ai dû apprendre à me détacher, non pas de ma femme, mais de sa maladie.

Les trois étapes suivantes me permettent d’apprendre à me connaître. Avant de participer aux groupes Al-Anon, je savais qui étaient les membres de ma famille, mais pas du tout qui j’étais. Ces étapes m’ont permis de m’approprier ma vie. En me connaissant mieux, je suis moins à la merci du jugement des autres et je ne les laisse plus me manipuler comme auparavant.

Les étapes six à neuf me suggèrent de faire la paix avec mon passé. Bien sûr, j’ai toujours agi «par amour» mais je dois reconnaître que, malgré mon désir de bien faire, j’ai posé des actes nuisibles pour les autres. J’ai empêché ma femme de prendre la responsabilité de sa vie et, ce faisant, j’ai retardé la crise qui l’a poussée à se soigner. En regardant en face les actions négatives que j’ai eues, je me suis débarrassé de ce terrible sentiment de culpabilité qui me rongeait.

Les dernières étapes sont des étapes «d’entretien», de «stabilisation». Elles me poussent à mettre en pratique dans ma vie de tous les jours et dans tous les domaines de ma vie ce que j’ai appris dans les étapes précédentes. Elles m’indiquent également que, pour garder vivant ce que j’ai reçu, je dois le partager avec d’autres.»

Pierre