«Aujourd’hui, je ne vis plus avec un alcoolique. Pourtant, certains comportements appris au contact de l’alcoolisme persistent et me font toujours souffrir, notamment ma tendance à nier la réalité. Lorsque quelque chose de grave se passe, je fais comme si je ne le voyais pas. Je me blinde, je me manipule et je prétends que je ne sens rien. Du coup, je n’ai plus aucune capacité d’agir ou de faire face au problème, puisqu’il n’existe pas! Heureusement, en partageant avec d’autres participants sur ce qui m’arrive, je finis par me rendre compte de ce que je ressens et cela me donne alors la possibilité d’agir en conséquence».

Charlotte