«La conséquence la plus grande d’avoir vécu dans un foyer alcoolique est mon incapacité à faire confiance et à m’engager dans des relations intimes. Je veux toujours que tout soit garanti. Je me sens rapidement la victime alors même que l’autre ne m’a rien fait. J’ai peur. Je suis morte de peur à l’idée qu’on puisse me faire du mal ou me rejeter. C’est en entretenant des relations plus saines et plus confiantes avec des participants à Al-Anon que je m’apprivoise lentement.»

Denise